Démarrer

Entrepreneure à temps partiel pis tout le reste

Employée à temps plein et maman de deux fillettes, le succès de mon blogue Signé D me rendait heureuse, mais il me manquait quelque chose. Dans cet article, découvre les raisons qui m’ont poussé à me lancer comme entrepreneure à temps partiel ainsi que les outils qui m’ont été bien utiles.

Bien que mon nouvel emploi me stimulât, je ressentais le désir de retourner au côté des entrepreneurs en démarrage et en croissance d’entreprise. D’abord, je devais comprendre mon réel besoin pour bien définir mon objectif et mieux entrevoir les possibilités.

 

Mon pattern de trois ans

 

En 2017, une opportunité nous a permis de déménager du Québec à Toronto[1], durant mon deuxième congé de maternité. C’était l’occasion parfaite pour prendre du recul sur ma situation professionnelle.

J’ai rapidement réalisé qu’on avait parlé de déménager hors Québec, mon mari et moi, à chaque année pendant 15 ans, avant de passer à l’action. Quand tu y penses, 15 ans c’est long longtemps!

Avec ce désir profond de vouloir démystifier ma situation, j’ai voulu en apprendre plus sur les histoires des autres. Je suis donc partie à la rencontre des gens pour connaître leur histoire, leur parcours, leurs défis et leurs trucs pour les surmonter. J’ai réalisé que je n’étais pas la seule à avoir des barrières qui m’empêchent de réaliser mes projets.

Je ressentais le besoin d’aider les autres à vaincre, eux-aussi, leurs barrières pour réaliser leur projet, mais l’idée était loin d’être claire.

 

Une année après notre retour au Québec, avec mon nouvel emploi, j’ai compris qu’un pattern de changement d’emploi aux trois ans me suivait :

  • Vérificatrice dans un grand cabinet comptable pendant trois ans.
  • Comptable et vérificatrice dans un plus petit cabinet comptable pendant un autre trois ans.
  • Conseillère et coach d’affaires pour des entrepreneurs en démarrage et en croissance d’entreprise pendant dix ans. Ah! Pourquoi dix ans ici et non trois?

Sur cette période de dix ans, j’ai eu deux congés de maternité, chacun à l’intervalle de… trois ans. Bingo! Même mes filles me rappellent mon pattern avec leurs trois ans et trois semaines de différence. J’avais donc réussi à rester aussi longtemps dans ce même emploi à cause de mes deux congés.

 

Cette fois-ci, pour rester motivée plus de trois ans et tenter de changer mon pattern, j’étais prête à réaliser un projet important. Important parce qu’il devait me passionner, me permettre de sortir de mon quotidien du travail tout en augmentant mon sentiment d’accomplissement. Ouff! J’avais des objectifs ambitieux et aucune idée comment y parvenir.

 

Lancer mon blogue

 

Pendant plusieurs mois, j’ai cumulé des dizaines de péripéties, de témoignages, de trucs et de conseils d’experts qui accompagnent les gens à réaliser leur projet de vie. Je cherchais ce que je pouvais bien faire avec tout ce contenu pour aider les personnes qui, comme moi, avaient des barrières à vaincre pour réaliser leur projet.

Puis l’idée de lancer un blogue est apparue. Et ce projet répondait à mes objectifs. J’étais maintenant prête à développer mon site Web, qui alla devenir l’espace pour mon blogue avec la mission d’inspirer et de motiver les gens à vaincre leurs barrières et à passer à l’action pour réaliser leur projet de vie.

Je n’ai jamais eu d’affinités avec les plateformes et les outils technologiques. C’était tout un défi d’apprendre à développer mon site Web, moi-même.

Après un an à maintenir un calendrier de publication et la création d’un nouvel article toutes les deux semaines, j’ai remis en question la mission de mon blogue. Le monde du développement économique et de l’entrepreneuriat me manquait, mais comment y revenir tout en respectant mes besoins.

 

Mes barrières et mes choix

 

Puisque j’ai une tolérance au risque quasi nulle, c’était une mission impensable… pas impossible… mais impensable pour moi de devenir entrepreneure à temps plein. Impensable de laisser un revenu stable assurant mes dépenses. Juste impensable de prendre ce risque pouvant affecter mes responsabilités financières et familiales actuelles. Impensable de changer mon rythme de vie actuel.

Tu comprends que ce n’était pas impossible de démarrer mon entreprise à temps plein.

C’était un choix que je faisais en toute conscience des éléments de ma sphère de vie. Donc, impensable pour moi de démarrer mon entreprise à temps plein à ce moment précis de ma vie.

Je continuais à me demander la façon de revenir auprès des entrepreneurs. J’ai donc pris le temps de m’outiller pour réussir à vaincre mes barrières pour réaliser mon projet. Et là, l’illumination! J’avais la possibilité de démarrer mon entreprise de services à temps partiel. Bien sûr!  On oublie souvent cette option, qui en est pourtant une excellente.

Mon défi était de définir les services à offrir pour être complémentaire à ceux actuellement offerts par les nombreux organismes de développement économique.

Je crois beaucoup à « Ensemble, on va plus loin ». C’était important pour moi d’évaluer les services que je pouvais offrir aux entrepreneurs pour ajouter de la valeur aux nombreuses offres actuelles sur le marché.

 

La demande du marché

 

Pour valider la demande du marché, j’ai mis en pratique les conseils que j’avais toujours donnés à mes clients. J’ai fait de moi un cordonnier bien chaussé. J’ai écrit à plusieurs personnes de mon réseau avec qui je n’avais pas échangé depuis longtemps.

À l’avance, j’avais fait l’exercice de définir mon positionnement selon ma compréhension actuelle du marché. Je m’étais aussi assurer de bien définir mon objectif selon la méthode SMART.

Je planifiais parler à des dizaines puis à des centaines de personnes du milieu du développement économique. Mon objectif était de savoir comment le monde de l’entrepreneuriat avait évolué durant mon absence. Indirectement, c’était aussi pour valider que mon offre était complémentaire à la leur.

 

Entrepreneure à temps partiel… qui ça?

 

Après seulement trois discussions, j’avais déjà deux demandes de soumission en main. Mes discussions pour en apprendre plus sur le marché « sans rien vendre » s’étaient soldées en demandes de soumission. Et je n’avais pourtant rien de concret de développé.

D’une discussion à l’autre, un contrat est arrivé, puis un deuxième et un troisième. J’étais officiellement une entrepreneure à temps partiel.

Lorsque je l’ai annoncé à mon entourage, c’était évident pour eux. Pourtant, ce ne l’était pas pour moi. J’ai eu besoin de ce pas de recul pour comprendre que mon sentiment d’accomplissement et ma valeur ajoutée se trouvent au côté des entrepreneurs.

L’entrepreneuriat, c’est mon expertise et surtout ma passion!

 

À ce moment, je ne me doutais pas de tous les défis qui m’attendaient comme nouvelle entrepreneure à temps partiel. Après un an, je te partage dans mon prochain article, les avantages et les défis de démarrer une entreprise de services à temps partiel. Suis-moi pour ne pas le manquer.

 

À bientôt!

Andréanne

[1] Découvre notre histoire complète : Déménager à Toronto, toute une aventure! en cliquant ici.


Auteure : Andréanne Leduc, CPA, CA

Engagée à promouvoir des opportunités de développement personnel et professionnel.


OUTILS GRATUITS

18 étapes d’une démarche d’affaires efficace

4 étapes pour vaincre tes barrières

Plus de ressources